Règlements

Nature des improvisations 

Les catégories sont celles utilisées généralement par la LNI classique: libre, chantée, rimée, sans parole, avec accent, à la manière de…, musicale, etc. ou expliquées par l’arbitre avant la partie aux deux équipes. L’arbitre ayant les pleins pouvoirs sur la teneur du match, il se peut qu’une catégorie ayant été expliquée avant la rencontre n’ait pas lieu.

Comparées et tirage au sort

Un seul tirage au sort sera fait par match lors de la première comparée ou de la première improvisation nécessitant un choix par une équipe. L’équipe qui gagnera le tirage au sort (pile ou face) aura alors le premier choix. Le choix sera ensuite donné en alternance pour le reste de la rencontre.

Durée et fin d’un match

Chaque match comporte sept (7) improvisations. La durée est de soixante (60) minutes et comprend les procédures. Au terme de ces improvisations, l’équipe ayant marqué le plus grand nombre de points se voit attribuée la victoire. 


Retard

Une équipe qui arrive en retard à un match reçoit une pénalité majeure. Un retard de plus de 10 minutes entraîne une défaite de l’équipe en retard par la marque de 4-0.

Égalité

Dans le cas d’une égalité à la fin du match, une improvisation supplémentaire totalisant 3 minutes sera jouée.  L’arbitre pourra alors au choix annoncer une improvisation comparée libre de 1m30 ou une fusillade à 3 joueurs par équipes (6 x 30 secondes au total).

Pour l’improvisation supplémentaire, un nouveau tirage au sort doit être réalisé afin de déterminer quelle équipe débute.

Une pénalité récoltée durant l’improvisation supplémentaire n’entraîne pas automatiquement la fin de la partie sauf si elle donne un point à l’équipe adverse. Dans le cas d’une comparée, l’arbitre laisse terminer l’improvisation. Il annonce ensuite la pénalité, confirme avec le statisticien qu’elle donne un point à l’équipe adverse et annonce la fin du match sans passer au vote.

Dans le cas d’une fusillade, l’arbitre annonce la pénalité à la suite de la fusillade, confirme avec le statisticien qu’elle donne un point à l’équipe adverse et annonce la fin du match sans passer aux fusillades restantes ni au vote.

Égalité au classement général

Les équipes passant aux rondes éliminatoires sont déterminées par les victoires cumulées (2 points pour une victoire ou victoire en prolongation, 1 point pour une défaite en prolongation). En cas d’égalité, c’est le différentiel qui partage les équipes (l’équipe avec l’écart de pointage positif le plus important). Si cette valeur est égale, l’équipe ayant le moins de pénalités cumulées a l’avantage.

Si malgré ces conditions deux équipes se retrouvent à égalité parfaite suite à la ronde préliminaire, des fusillades comparées impliquant tous les joueurs seront disputées dans le chapiteau principal. Ces fusillades seront intégrées dans la soirée des Improlympiades.

Pénalités

Liste des pénalités

Voici une liste des pénalités qui pourront être données durant un match par l’arbitre.

  • Décrochage

  • Rudesse

  • Confusion

  • Retard de jeu

  • Procédure illégale

  • Non-respect de la carte

  • Cabotinage

  • Manque d’esprit sportif

Chaque pénalité peut être décernée à un joueur ou à l’équipe. Elles peuvent aussi être majorées à la discrétion de l’arbitre.

Explications

Les pénalités seront expliquées par l’arbitre seulement si l’équipe le demande.

Parler sur le banc

Les joueurs sont autorisés à se faire des signes discrets sur le banc et à parler au musicien. L’arbitre peut avertir ou punir une équipe (procédure illégale) qui abuse de ce droit afin de prolonger son caucus ou de déranger l’improvisation en cours.

Aire de jeu

Les joueurs sont autorisés à quitter l’aire de jeu durant l’improvisation afin de retourner à leur banc. Ils peuvent aussi se placer en retrait sur le bord d’une bande. Les interventions provenant de joueurs non-présents sur l’aire de jeu sont aussi autorisées. Un joueur peut donc intervenir de son banc. Il est alors considéré comme “en jeu”. Il n’y a aucune restriction concernant la communication entre un joueur “en jeu” et un joueur “hors jeu”.

Points de pénalité

L’accumulation par une équipe de trois (3) pénalités mineures donne un point à l’autre équipe. Une pénalité majeure est équivalente à deux (2) pénalités mineures.

Expulsion d’un match

Tout joueur ayant récolté trois (3) pénalités mineures durant un match est expulsé du jeu pour la fin du match en cours et il doit se retirer du chapiteau où se déroule la partie.  Les pénalités accumulées par le joueur reste au dossier de son équipe et son expulsion peut engendrer des pénalités futures à l’équipe.

Le manque d’esprit sportif est accompagné d’une expulsion automatique. Le joueur visé sera alors rencontré par l’arbitre du match au terme de la rencontre pour déterminer si la durée de l’expulsion est d’un ou plusieurs matchs.

Accessoires

Voici la liste des accessoires permis en tout temps:

  • Chandail de jeu et pantalon

  • Micro

  • Chaises

Tout autre accessoire doit être spécifiquement permis dans le cadre de la catégorie pour être utilisé par les joueurs.

Musiciens

Les musiciens peuvent, à la demande de l’arbitre ou des joueurs de l’équipe impliquée sur le jeu, produire des ambiances musicales. Les joueurs doivent s’entretenir discrètement avec les musiciens s’ils le font durant la comparée de l’autre équipe.

Composition des équipes 

Une équipe doit être composée de 2 à 6 joueurs. Pas de quotas fille/gars imposé. 

Un joueur ne peut faire partie de deux équipes en compétition.

Le spectacle

L’ajout de musicien lors de tous les matchs nous pousse à orienter la direction artistique vers le spectacle et le divertissement. Il ne suffit plus de construire des récits, il faut maintenant les mettre en scène, les enrober d’ambiances sonore lorsque pertinent.

Le spectacle doit donc être le centre de tout. Plus que la construction, plus que la compétition. Tous les intervenants (joueurs, arbitre, animateur, musicien) doivent servir le spectacle dans un but commun de divertir le public.

Le divertissement

Ce divertissement doit provenir en premier lieu des joueurs. Tous les autres intervenants ne devront être présents qu’en appui. Il serait très dommageable qu’un arbitre, un musicien ou un animateur “upstage” les joueurs impliqués dans le match.

Tout est donc une question de dosage. Il sera alors de la responsabilité de l’arbitre d’assurer la direction artistique dans son match et d’encadrer les intervenants afin qu’ils respectent les joueurs et le jeu. L’arbitre devient donc un metteur en scène plus qu’un chien de garde et c’est son flair créatif qui sera garant de la qualité du spectacle.

L’arbitrage

Procédures et pénalités

C’est pour cette raison que certains règlements ont été assouplis (parler sur le banc, respect de l’aire de jeu, etc.) puisqu’un maximum de latitude doit être donné aux arbitres afin qu’ils influencent le match de façon positive.

Il sera alors très important, durant les matchs, que les arbitres utilisent leur discernement lors de l’attribution des pénalités liées aux procédures. Dans tous les cas, un arbitre devra récompenser la prise de risque des joueurs quant aux procédures si celle-ci améliore le spectacle et non la punir. 

Du fond plus que de la forme

Les punitions devront donc viser principalement le contenu plutôt que l’enrobage. Elles devront servir à éduquer le public et le joueur visé sur l’orientation du match et les attentes de l’arbitre en matière de spectacle. C’est pour cette raison qu’il est important de favoriser une pénalité individuelle plutôt qu’une pénalité groupée. Les retards de jeu et les confusions devront être le plus possible données de façon individuelle et l’arbitre devra expliquer sa pénalité en ciblant le geste individuel qui aura causé la confusion ou le retard de jeu. Ceci est valable pour tous les types de pénalités.

Il est évident que cette directive est valable principalement pour les mixtes. Les comparées, mises en scène par une équipe, sont plus propices aux pénalités collectives.

Des explications devront être fournies par l’arbitre seulement si l’équipe le demande. 

Toujours plus souple

L’arbitre devra aussi exercer de la souplesse au niveau des temps de jeu en mixte. Une excellente improvisation peut durer plus longtemps. Une plus laborieuse peut être écourtée. L’arrivée d’une fin évidente ou d’un excellent punch peut aussi indiquer qu’il est temps de siffler. Ne laissons pas le chronomètre, qui n’a pas de jugement, décider de la fin d’un sketch.

Il est évident que nous sommes tout de même dans un contexte compétitif. Une improvisation comparée ne doit pas être allongée / écourtée plus de 10 secondes au risque de favoriser une équipe plutôt qu’une autre.

Nous avons aussi une contrainte horaire, le match devant être terminé en 60 minutes. L’arbitre devra s’assurer qu’une improvisation allongée en écourtera une autre afin de respecter l’horaire établi.

Toujours plus agile

Il peut aussi être tentant pour un arbitre d’utiliser le musicien dans ses catégories. L’arbitre devra alors être prudent afin qu’il n’y ait pas le même genre d’improvisation musicale à chaque match. Le “pacing” devra alors être ajusté en fonction des catégories données par l’arbitre qui précède afin d’éviter les répétitions.

Les joueurs aussi peuvent utiliser le musicien quand bon leur semble. Ils peuvent aussi utiliser les micros. Il faut donc éviter de donner une catégorie chantée si une équipe l’a déjà fait dans une libre précédente. L’arbitre devra alors être réactif et modifier la teneur de son match afin de varier les plaisirs.

Nous sommes créatifs

Les catégories et les thèmes sont le reflet de la créativité de l’arbitre. L’utilisation de catégories nouvelles est donc très apprécié. Elles devront par contre être faciles à expliquer autant aux joueurs qu’au public. Elle doivent d’ailleurs être expliquées avant le match aux équipes et pendant le match au public.

Tenue vestimentaire

Afin de marquer le rôle créatif de l’arbitre et de nous éloigner du concept classique de l’arbitrage, aucune rayure ne sera permise. Une tenue de ville est recommandée. Les shorts ou les pantalons 3/4 sont suggérés pour la chaleur.

Le musicien

Position

Le musicien sera placé à l’arrière et au centre de la patinoire. Il sera face au public. Si les caisses de son sont devant lui, il devra avoir un moniteur ou un écouteur pour s’entendre jouer.

Quand jouer

Hors impro

Le musicien ponctue la lecture du thème par l’arbitre. Il ne joue pas pendant le caucus ni le vote. C’est le DJ qui prend la relève de ces segments car ils peuvent s’étirer et nécessitent beaucoup de bruit.

En jeu

Le musicien ne doit pas jouer tout le temps et sur chaque impro. S’il voit que les improvisateurs ne l’utilise pas après quelques improvisations, il pourra faire sentir sa présence en ajoutant de l’ambiance à l’impro suivante. Il faut simplement éviter que chaque impro soit musicale.

Quoi jouer

C’est aussi le ton de l’improvisation qui doit dicter le style de la musique et non l’inverse. Le musicien devra alors se plier aux demandes des joueurs. Il ne doit en aucun cas commencer à jouer sans avoir une bonne compréhension de la trame que les joueurs sont en train d’installer.

Comparées et mixtes

Sur les comparées, le musicien doit se faire discret sauf si l’équipe le sollicite. Sur les mixtes, le musicien peut se considérer comme un joueur additionnel et jouer au gré de son inspiration.

Préparation d’avant-match

Le musicien doit parler à l’arbitre avant chaque match afin qu’il lui communique des besoins particuliers concernant certains thèmes. Il doit s’entendre avec l’arbitre sur ce qu’il peut jouer et si l’arbitre lui demande un style qu’il ne connaît pas ou ne maîtrise pas, il doit le mentionner afin de favoriser des styles musicaux qui le mettent le plus en valeur.